• EN
  • Élection : l’importance accordée par les partis aux matériaux de construction canadiens

    Il ne reste que trois jours avant que les électeurs décident quel parti formera le prochain gouvernement et lesquels se retrouveront dans l’opposition au Parlement à Ottawa. « Bien fait ici » souhaitait connaître la position des partis en lice par rapport aux enjeux auxquels s’attaque notre organisme.

     

    Voici les sujets qui leur ont été soumis:

    1. Rapatrier certaines productions de composants clés pour sécuriser les chaînes d’approvisionnement des fabricants opérant au Canada
    2. Encourager les consommateurs à choisir des produits véritablement « Fait au Canada »
    3. Favoriser davantage les fournisseurs domestiques pour leurs propres approvisionnements

    L’ordre des réponses respecte le nombre de sièges que chaque parti avait à la dissolution de la chambre. À noter que le parti Vert n’a pas donné suite à notre demande, mais le parti Populaire du Canada dirigé par Maxime Bernier, bien qu’il ne comptait aucun élu, a tout de même livré sa réponse que nous vous présentons en dernier.
    (Note : cliquez les logos individuels des partis pour consulter leurs plateformes électorales intégrales)


     

    Au rapatriement de certaines productions de composants clés pour sécuriser les chaînes d’approvisionnement des fabricants opérant au Canad

    La pandémie a également mis à jour l’importance de la résilience dans les chaînes d’approvisionnement, plutôt que simplement l’efficacité. Les entreprises canadiennes, qui ont accès à une diversité de matières premières et à une main-d’œuvre talentueuse, fabriquent certains des produits de construction de la plus haute qualité au monde. Nous voulons que davantage soit produit au Canada, d’une manière plus propre, pour répondre aux demandes du marché d’aujourd’hui et de demain. À ce titre, nous avons investi 8 milliards de dollars pour soutenir la transition verte de nos industries, y compris l’exploitation minière, l’aluminium et l’acier, assurant leur avenir au Canada pour les décennies à venir. Ce n’est que le début. Nous aurons besoin de plus de ces produits pour mettre en œuvre notre plan visant à créer ou rénover 1,4 million de logements. Le plan comprend 4 milliards de dollars pour accélérer la construction de 100 000 nouveaux logements pour la classe moyenne, 2,7 milliards de dollars pour construire et réparer des logements abordables et 1,2 milliard de dollars supplémentaires pour convertir des bureaux vides en logements, tout en introduisant un nouveau crédit d’impôt pour la rénovation de maisons multigénérationnelles. 

    À encourager les consommateurs à choisir les produits véritablement « Fait au Canada » 

    Pour atteindre notre cible de la carboneutralité d’ici 2050, nous devons rénover presque tous les bâtiments au Canada. Il s’agit de l’occasion idéale pour donner le coup d’envoi à une économie dynamique de la rénovation. Un gouvernement libéral créera un centre d’innovation pour les matériaux de construction à faible teneur en carbone afin de travailler directement avec les entrepreneurs, les municipalités, les provinces et les territoires ainsi que les gouvernements autochtones pour s’assurer que les innovations canadiennes sont les mieux positionnées pour connaître du succès. Nous investirons également dans la transformation de l’industrie forestière, en travaillant avec des partenaires pour créer des emplois dans l’économie forestière et proposer des innovations dans les matériaux de construction durables et à faible émission de carbone. 

    Le gouvernement fédéral joue également un rôle primordial afin de faciliter les échanges commerciaux interprovinciaux. Afin de soutenir une relance robuste et rapide, le Canada doit être en mesure d’atténuer les contraintes liées à la capacité, les goulots d’étranglement et les inefficacités dans son infrastructure de transport. Le budget de 2021 prévoit un investissement de 1,9 milliard de dollars sur 4 ans, afin de recapitaliser le Fonds national des corridors commerciaux. Cette mesure appuiera les entreprises dans toutes nos chaînes d’approvisionnement et stimulera le potentiel des petites et moyennes entreprises dans toutes les régions, y compris les communautés rurales et éloignées. 

    À favoriser davantage les fournisseurs domestiques dans vos propres approvisionnements 

    Considérant que le gouvernement fédéral est l’un des plus gros acheteurs au Canada, la politique d’approvisionnement du gouvernement est un levier fondamental pour aider nos entreprises d’ici à croître sur le marché canadien. Durant la dernière année, notre gouvernement a travaillé sans relâche pour que toutes les entreprises canadiennes qui le pouvaient puissent contribuer à la lutte contre la COVID-19. Ensemble, nous avons bâti un plan pour que les entreprises d’ici puissent soutenir les travailleurs médicaux canadiens de première ligne. Nous mettons tout le poids du gouvernement fédéral derrière un plan de recalibrage de la politique industrielle et des chaînes d’approvisionnement. Nous avons travaillé en collaboration avec plus de 6 500 entreprises qui se sont mobilisées pour offrir leur capacité et leur expertise. En travaillant ensemble, nous avons pu trouver des solutions innovantes visant à utiliser les capacités que nous avons ici au Canada pour répondre aux besoins critiques. Ce que cette pandémie nous a démontré c’est que nous pouvons utiliser cette même énergie pour continuer à soutenir les entreprises d’ici. 

    Landon Wilcock, conseiller politique principal
    Parti libéral du Canada


     

    La pandémie de COVID-19 a démontré l’importance d’avoir des chaînes d’approvisionnement solides et stables. Notre dépendance à tout, des équipements de protection individuelle (EPI) aux vaccins, a démontré que nous nous fions aux exportations extérieures pour des articles qui pourraient facilement être fabriqués ici au Canada. Lorsque nous sous-traitons des emplois, en particulier dans des pays sur lesquels nous ne pouvons pas compter en cas d’urgence, nous mettons la santé et la sécurité des Canadiens en danger.

    Les conservateurs du Canada croient que nous devrions avoir plus de « Fabriqué au Canada » et moins de « Fabriqué en Chine » lorsqu’il s’agit de renforcer et de soutenir notre secteur manufacturier. Nous voulons conserver les revenus des manufacturiers ici au Canada, réduire notre dépendance aux importations et nous assurer d’avoir une chaîne d’approvisionnement stable en cas d’urgence. Cela comprendra la création d’une stratégie de rapatriement et de diversification des chaînes d’approvisionnement, en les éloignant spécifiquement de la Chine.

    Les conservateurs du Canada ne chercheront à conclure des accords de libre-échange qu’avec des pays libres qui respectent les droits des travailleurs et maintiennent des normes environnementales élevées. Nous mettrons fortement l’accent sur le retour au Canada de la fabrication d’équipements essentiels en veillant à ce que les achats publics et financés par le gouvernement de ces produits essentiels favorisent les producteurs canadiens. Nous travaillerons à reconstruire notre capacité nationale de fabrication de vaccins. Nous réviserons également en profondeur la législation sur la chaîne d’approvisionnement pour faire respecter de manière significative l’engagement du Canada à ne pas importer de produits connus pour être fabriqués avec du travail d’esclave et interdire immédiatement les importations de produits fabriqués avec du travail d’esclave ouïghour.

    Pour soutenir la fabrication canadienne, nous devons nous assurer d’être la juridiction la plus compétitive sur le plan fiscal en matière d’innovation. Grâce au Plan de relance du Canada, nous ferons du Canada une juridiction à faible imposition pour l’innovation et le développement de nouveaux produits en introduisant un régime de « patent box », ou en d’autres mots « boîtes à brevets », pour réduire de moitié le taux d’imposition sur les revenus tirés des brevets sur les produits innovants développés ici. Reconnaissant l’importance de protéger davantage l’innovation canadienne par des brevets, les conservateurs du Canada couvriront jusqu’à 10 000 $ des frais administratifs et juridiques de chacun des cinq premiers brevets déposés par toute petite ou moyenne entreprise canadienne.

    Les conservateurs comprennent l’importance d’une stratégie « Fabriquée au Canada » et s’efforceront d’en faire une réalité. Les produits fabriqués pour les Canadiens, par des Canadiens, serviront efficacement à stimuler notre économie après la pandémie et au-delà.

    L’honorable Erin O’Toole
    Chef des Conservateurs du Canada

     


    Au rapatriement de certaines productions de composants clés pour sécuriser les chaînes d’approvisionnement des fabricants opérant au Canada

    Le nationalisme économique du Bloc accorde une grande importance redéveloppement de notre tissu industriel.

    La COVID a révélé la fragilité des chaînes d’approvisionnement mondialisées. Nous en vivons les effets encore aujourd’hui : difficultés d’approvisionnement en supraconducteurs, éclosions qui forcent la fermeture d’usines en Asie, pénurie de conteneurs, port chinois de Yantian fermé. L’affaiblissement de notre base industrielle cause des problèmes pour la sécurité des approvisionnements. Sans compter que les salaires moyens dans le secteur manufacturier excèdent largement ceux des services et que le domaine manufacturier est le premier déterminant de la balance commerciale.

    Aussi, nous proposons de :

    • Faciliter les recours commerciaux contre la concurrence déloyale comme le dumping : préciser les critères pour déterminer ce qu’est une économie de marché, faciliter la prise de mesures de sauvegarde.
    • Lutter contre la pénurie de main-d’œuvre qui freine le développement des entreprises et les empêche parfois de soumissionner : maintien en emploi des aînés, mesures pour soutenir la productivité, établissement des jeunes et des nouveaux arrivants en région, allonger la chaîne de transformation autour des producteurs primaires (produits du bois ou de l’aluminium).
    • Utiliser la Loi sur investissement Canada pour mieux protéger nos chaînes de détaillants contre les prises de contrôle étrangères, étant donné que les entreprises québécoises s’approvisionnent davantage en produits fabriqués au Québec que les grandes bannières multinationales (abaissement du seuil d’examen; obligation de maintenir le réseau de fournisseurs locaux pour autoriser la transaction).

    À encourager les consommateurs à choisir les produits véritablement « Fait au Canada »

    Pour l’essentiel, les initiatives d’achat local comme le panier bleu relèvent du gouvernement du Québec.

    Le gouvernement fédéral peut aider les entreprises à prendre le virage numérique pour leur permettre de profiter de l’explosion du commerce en ligne.

    À favoriser davantage les fournisseurs domestiques dans vos propres approvisionnements

    Même si les accords commerciaux contiennent des dispositions qui interdisent aux gouvernements de favoriser les fournisseurs nationaux dans la plupart des marchés publics, ils comportent des éléments de souplesse que nous devrions utiliser.

    Par exemple, le gouvernement peut et devrait préciser ses critères d’achat afin de favoriser les PME parmi ses fournisseurs, de même que pour tenir compte de l’empreinte carbone de ses approvisionnements, ce qui viendrait donner un avantage à nos producteurs, qui fonctionnent essentiellement à l’énergie propre, sur plusieurs de leurs concurrents à bas prix, qui produisent encore au charbon.

    L’équipe électorale du Bloc Québécois 2021

     


     

    « L’industrie manufacturière nationale est d’une importance capitale pour notre pays. L’une de nos priorités sera d’accroître la capacité de production nationale essentielle et l’infrastructure des chaînes d’approvisionnement, notamment d’automobiles, en aérospatiale, en construction navale, de matériaux de construction, de produits pharmaceutiques et d’équipement de protection individuelle.

    Les matériaux de construction de l’avenir, de l’acier à l’aluminium en passant par le ciment et les produits du bois, produits au Canada par des travailleuses et travailleurs canadiens, ont des émissions de carbone parmi les plus faibles au monde. Les néo-démocrates exigeront l’utilisation d’acier, d’aluminium, de ciment et de produits du bois fabriqués au Canada pour les projets d’infrastructure partout au pays.

    Pour en savoir plus sur notre plan « De bons emplois et plus d’emplois » : https://www.npd.ca/nouvelles/de-bons-emplois-et-plus-demplois-payer-et-proteger-les-travailleurs-essentiels-qui-nous »

    Bureau de Jagmeet Singh
    Chef du Nouveau Parti démocratique du Canada

     


     

    Les petites entreprises sont la colonne vertébrale de l’économie canadienne, créant plus d’emplois dans le secteur privé que les grandes entreprises. Elle fournissent de bons emplois stables. Elles offrent des salaires et des avantages sociaux compétitifs. Et, parce qu’elles sont petites, elles s’adaptent agilement à l’évolution des marchés mondiaux. Mieux encore, leur succès demeure local. Elles font circuler des dollars dans les économies régionales et améliorent les communautés qui les entourent.

    Les restrictions liées à la pandémie de COVID-19 ont eu un impact considérable sur les petites entreprises, entraînant des fermetures, de l’endettement et des pertes d’emplois. Le gouvernement libéral met fin au soutien financier pour les petites entreprises, y compris la Subvention salariale d’urgence du Canada (SSUC) et la Subvention d’urgence du Canada pour le loyer (SUCL) avant que les restrictions COVID-19 ne soient complètement levées, laissant les petites entreprises à devoir se débrouiller seules pour gérer la reprise post-pandémique. La SSUC est remplacée par le Programme d’embauche pour la relance économique du Canada (PEREC) qui ne couvre pas la rémunération des employés en congé payé, ce qui met à la fois les petites entreprises et les employés en péril. Les petites entreprises ont encore besoin de soutien, et le Parti vert s’assurera qu’elles l’auront.

    Le Parti vert a également l’intention de rétablir le cycle de vie complet des matériaux et de la quincaillerie, et que ce cycle se déroule entièrement au Canada. Entre 1998 et 2017, le nombre de brevets américains, pour des invention canadiennes, qui ont été conservés par l’inventeur d’origine est passé de 32 % à 13 %. Malheureusement, cela signifie que ce sont les entreprises et les pays étrangers – et non pas les Canadiens – qui récoltent la majorité des avantages économiques et sociaux de l’innovation canadienne.

    La capacité des innovateurs canadiens à conserver la propriété et le contrôle de leurs inventions et de leur propriété intellectuelle est essentielle à l’exploitation de leur valeur économique, par exemple par le biais de licences dans la production en aval ou pour les chercheurs qui peuvent s’appuyer sur elles pour faire d’autres découvertes.

    L’engendrement de revenus provenant des licences, des entreprises en démarrage et des entreprises dérivées est important pour la croissance économique et pour garantir que le Canada peut développer l’infrastructure nécessaire pour mitiger et s’adapter aux changements climatiques tout en finançant les programmes de santé et sociaux qui favorisent l’équité et le bien-être.

    Une grande partie de la restauration Verte du Canada visera à résoudre la crise du logement en augmentant le nombre d’unités disponibles à prix abordables. De plus, le gouvernement fédéral possède de vastes actifs immobiliers qui, avec les logements existants, nécessitent une rénovation énergétique Verte pour lutter contre le changement climatique. La meilleure solution pour le gouvernement est d’encourager pleinement l’invention, la fabrication, l’expédition et l’utilisation de ces matériaux nécessaires au Canada, par les Canadiens.

    Le Parti Vert vous invite à consulter cette liste d’engagements.
    (Liste en anglais fournie avec la réponse)

    Karla Villagomez Fajardo
    Candidate pour Waterloo en Ontario
    Parti Vert du Canada

     


     

    Le Parti populaire du Canada défend le libre-échange et la concurrence entre les producteurs au sein d’un marché le plus libre possible. Nous croyons que les consommateurs doivent avoir accès au plus grand choix de biens et services possible, y compris des biens et services importés de l’étranger. Notre seule proposition visant à sécuriser les chaînes d’approvisionnement concerne la Chine, qui n’est pas un partenaire fiable et dont il faut éviter de dépendre pour des raisons de sécurité. Sinon, nous n’avons aucune intention d’encourager les consommateurs à choisir des produits canadiens. Ils devraient être libres de choisir les produits qu’ils jugent les meilleurs aux prix qu’ils sont prêts à payer. La politique d’approvisionnement du gouvernement canadien ne devrait pas non plus être basée sur une approche protectionniste qui s’est toujours avérée plus coûteuse, mais plutôt viser à obtenir les meilleurs biens et services aux plus bas coûts.

    Martin Masse, Porte-parole Parti Populaire du Canada

     



    Initiative de sensibilisation durant la campagne électorale

    La démarche de sensibilisation entreprise par l’équipe « Bien fait ici » auprès des candidats dans toutes les circonscriptions se poursuit jusqu’au jour du vote. Le plus grand nombre de courriels personnalisés sera envoyé à ces gens, qui aspirent être élus et devenir des influenceurs décisionnels sur des enjeux incluant ceux à caractère social, économique et environnemental.

    Avec l’envoi, les candidats reçoivent un survol du programme ainsi que la lettre ouverte rédigée par Richard Darveau, président-directeur général de l’organisme.

     

     

    Secured By miniOrange